mardi 14 mars 2017

Nouveau recueil - Le Chant de la Persévérance


 
Bonjour à tous !

Cela fait un sacré long moment que je n'ai rien posté après l'affaire du débat stérile ! Car après avoir remporté le prix de poésie de Flayosc, je me suis concentré à aller plus loin dans ce que j'avais proposé en tant que participation. Puisqu'on avait salué l'originalité de la forme de certains poèmes ainsi que les émotions qui s'en dégageaient, j'ai choisi d'approfondir ce terrain d'expression.

Alors, après ultime relecture, le voici : Le Chant de la Persévérance.

Je me permets de vous partager ce travail, parce que ça me fait tellement plaisir de le diffuser ! Ça fait plusieurs mois que je travaille dessus, et je suis satisfait de chaque texte ainsi que de l'évolution globale au sein du recueil.

J'ai décidé de nommer ces tentatives des poèmes en pistes. Elles ont pour objectif de s'inspirer de la musique, composée de multiples pistes. J'ai souvent eu, à force d'écoutes de certains morceaux, des nouvelles découvertes en me concentrant tantôt sur la basse, les percutions ou autres ; ces découvertes m'emmenant parfois à reconsidérer une musique et à la ressentir sous un jour nouveau. J'ai souhaité transmettre ça à la poésie, avec plusieurs sens de lectures possibles. Le but est d''avoir une cohésion d'ensemble, comme en musique, tout en ayant un réel apport entre chaque piste et de permettre de sentir une émotion sous différentes dimensions.


Le Chant de la Persévérance est composé de douze textes autour du thème du corps, des efforts et des relations humaines. J'ai fait attention à ce que la progression globale soit fluide, qu'on ne soit pas désarçonné par des textes trop riches dès le départ, puisque j'ai exploré dans ce travail le format des poèmes en pistes qui me tient à cœur et que je souhaite diffuser.
N'hésitez pas à me dire si quelque chose ne fonctionne pas (dans le fichier ou dans les textes) et, surtout, si le format vous plaît, diffusez un max l'idée. Je suis convaincu qu'on peut aller dans de superbes directions avec cette forme à plusieurs voies.



Bien entendu, ce recueil est aussi un vibrant hommage rendu à Chuck Schuldiner et à son colossal album "The Sound of Perseverance" au sein du groupe Death. C'était un homme remarquable qui a mis tous ses efforts dans sa musique. J'ai voulu en faire de même avec ces poèmes

Vous pouvez aussi me retrouver sur short-édition, où je reprends peu à peu de l'activité, j'y publierai des nouveaux textes quand j'en aurai !

Je vous souhaite à tous une excellente journée et vous dis à bientôt !

(Image issue de la couverture de l'album "The Sound of Perseverance" de Death, dont je ne détiens aucun droit)

dimanche 4 décembre 2016

Tonton Death Metal et la société : Social Justice Warriors, égocentrisme et tir à vue

T'es privilégié maggle, alors tu la fermes !
 
Bonjour à tous !

Ca faisait longtemps, n'est-ce pas ?
En plusieurs mois, il n'y a pas eu grand chose qui pouvait me pousser à la réaction comme je le fais aujourd'hui. Comme j'ai pu le dire dans mon précédent post, d'autres défendent mieux que moi les convictions que je défends autour des questions sociales, notamment la vie sur Internet.

Seulement, j'ai plusieurs fois, sur Facebook, était confronté à des personnes qui s'apparentent au mouvement des Social Justice Warriors (SJW). Ce groupe a pour but de dénoncer les ennemis de la vie en communauté et mettraient en péril l'ordre social. Il cherche notamment à montrer les dérives du patriarcat, du racisme etc au contraire d'une volonté de progrès social.

En soi, ça défend une noble cause.

Mais la question de la défense féministe, j'en ai déjà parlé dans un précédent article : si la lutte sociale veut renverser une domination pour la remplacer par une autre domination, elle se trouve biaisée dans son essence ! J'avais conclu en disant qu'insulter un sexe revenait à insulter l'autre - tout le monde est victime dans une domination culturelle. Imposer un modèle d'homme viril place les femmes en situation de proie et impose aux hommes d'être des animaux. L'homme qui sortirait de ce modèle ne serait pas alors un homme, mais une déviance au mieux, une erreur au pire.
Le patriarcat fait du mal aux femmes, évidemment, mais également aux hommes qui souhaitent sortir de ce modèle. Seulement, en tant qu'homme, on n'est pas légitime vis-à-vis de cette question.
Pour de nombreuses SJW, un homme ne peut pas comprendre les femmes - voire, les femmes n'ont pas besoin des hommes pour défendre leurs droits. Et si un homme tente de montrer que le patriarcat le blesse, on lui répond qu'il se victimise, en utilisant le "Male Tears" comme ridiculisation du jaloux qui, face à l'idée qu'on parle des souffrances des femmes, ramènerait la couverture vers lui en rappelant que, lui aussi, il souffre.
Un peu comme on rigole des compagnons de femmes enceintes qui diraient souffrir des mêmes maux que la femme, afin d'attirer l'attention vers eux.

Des "Attention Males". 


Cette précision est importante. Car le sujet fait débat sur Internet : il y a plusieurs articles sur la cause féminine qui circulent, et souvent ça apporte un bon gros lots de joutes verbales houleuses.
Très souvent, je vois des internautes se faire sauter dessus parce que des mots sont mal utilisés ou qu'il font preuve d'un esprit patriarcal. La politesse tombe en oubli, et il y a une réelle violence des SJW à l'égard de ceux qu'ils considèrent comme "ennemi" de leur cause.

Ce que je partage aujourd'hui, c'est une situation de communication d'un échange assez musclé. Le départ est simple : je ne voulais pas répondre jusqu'à ce que je remarque un manquement évident à la nétiquette (savoir-vivre sur Internet). Vous aurez donc cet échange avec quelques commentaires de ma part en italique.
Je vous souhaite une agréable lecture. Accrochez-vous, il y a du grand, du très grand.



Débat sur l'IVG, un internaute masculin réagit :
« Matthieu Moi je suis 100% pour les mouvements "free the nipple" .. Après pour l'IVG je trouve qu'il devrait y avoir études de cas et accompagnement faut pas que ça devienne un acte médicale "banal". »

Réponses :
Lou  Pourquoi ? C est quoi le problème avec le fait que ce soit un acte banale pour les femmes?

Lady Ca devrait être un acte banal. Et les mecs devraient arrêter de décider de ce qui devrait être ou non pour nous.

Matthieu Bah après chacun l'interprète et je pourrais sans doute pas parler pour toutes les femmes mais je pense pas que tu vas un faire ivg de la même manière que si tu vas te faire retirer les amigdales



Matthieu Après c'est pas "banal" parce-que sans aller dans des argumentations théologique il y a une question éthique dans la question de l'ivg.

Lou À priori t es un garçon, donc tu ne peux parler au nom d'aucune femme. Elles le font très bien et n'ont pas besoin de toi.

Pourquoi une question d'éthique ? Elle est où l'éthique à culpabiliser une femme, à sous entendre que quand même l'ivg c'pas rien ( ou à l'affirmer clairement), elle est où l'éthique des médecins qui ont des propos et des actes ultra degeu face à des femmes qui demande simplement à décider et quand elles seront mères, elle est où l'éthique quand on ment aux femmes sur les prétendues conséquences d un avortement, elle où l'éthique quand les hommes exigent d'avoir leur opinion à donner quand ce sont encore les femmes qui portent le poids des contraceptions, ....

Violence symbolique directe à la tronche du gars.

Lou http://www.commentpeutonetrefeministe.net/.../avortement.../ pour lire des trucs avant de dire des âneries sexistes Bam, taxé de sexiste et d'abruti, direct, sans sommation.

 https://31.media.tumblr.com/5c2ef4a264b5200370efd5254f758c7c/tumblr_n9zje066Hi1rymr5wo2_250.gif

Matthieu Vous avez l'air très remontée et autant je peux pas parler aux noms des femmes autant je peux pas me faire engueuler pour tout les hommes et tous les cons, les médecins incapables ,les pervers etc.. la liste est longue. Après vous pouvez pas non plus parler pour toutes les femmes et je pense que chaque femmes étant différentes ça fera jamais de l'ivg un acte aussi banal que vous le dites. Mes propos n'ont pas pour objectifs d'être mysogine mais au contraire c'est de la bienveillance de proposer un accompagnement adapté c'est tout. Après l'éthique c'est vrai comme tout yen a qui se torche le cul avec d'autre pas.


Lou Si c est un accompagnement adapté aux besoins réels des femmes que tu defends. Dis le comme ça. Dis pas des trucs absurdes et catégorique comme "faut pas que ça devienne un acte banale". Sinon effectivement tes propos te place dans le même sac que les " hommes cons, les médecins incapables et les pervers". Parce que avec ce type d arguments c'est leur moulin que tu nourris. Donc oui oui on est remontée.

Matthieu Bah j'ai du développer mais on fini par trouver terrain d'entente ;)

Lou La prochaine fois développe tout de suite, on gagnera du temps et de l'énergie....


Ceci est ce que j'appelle un/e con/ne : agressivité, manque de patience dans une discussion, prise de haut en insultant celui qui a été maladroit... Quelle preuve de pédagogie ! « Tu sais rien, t'es sexiste, casse-toi tu nous comprends pas, tu nous fatigues » Voici ce que signale cette situation de communication.



Rien de bien intéressant ensuite.

Un peu plus loin, il y a ça.

Matthieu Et encore complètement en accord avec cet article c'est pas [l'IVG] que je remet en question c'est comment ça se passe. L'accompagnement psychologique, le suivi médical social post IVG, la justice si c'est suite à un viol etc.. y'a plein de cas particulier

J'arrive vraiment pas à vous croire quand vous semblez dire qu'un ivg c'est rien de compliqué


Lou On ne te demande pas de nous croire, on te demande d'écouter avec humilité ce qu'on a dire parce que : on est concernée (soit parce qu'on a avorté soit parce qu'on avotera peut être un jour).

Écouter avec humilité, parce que, toi, tu l'as peut-être fait ? As-tu au moins fait autre chose que taxer de sexiste celui qui a été maladroit ? As-tu fait preuve « d'humilité » ? Non, tu es direct monté dans les tours, sans aucune retenue et en démarrant par un bon : « T'es un garçon, donc tu ne peux parler au nom d'aucun femme ». Autrement dit : « Tu es un mec, les femmes, tu comprendras jamais. »

Tu peux pas comprendre !



Ah, et la discussion tourne rond, alors on a ça :


Lou On atteint une limite de temps et d'énergie pour moi : je ne me confirais pas sur mon vécu pour convaincre un mec de la pertinence de ma lutte dans le cadre des droits des femmes (ici l'IVG) des récits y'en a plein le net, des arguements on a en présenté plein ici.


Grosse violence symbolique : tu me fatigues, tu n'es qu'un mec, moi j'ai une conviction pertinente, ma lutte vaut mieux que tes idées de sale mec, et je ne veux pas m'épuiser face à celui qui ne comprendra jamais rien.

On a un réel mépris vis-à-vis de cet homme. Le problème, pour moi, n'est pas qu'un homme se fasse basher sur le net, mais qu'un individu soit aussitôt insulté dès lors qu'il a commenté maladroitement. Autrement dit, on l'a direct catégorisé alors qu'il n'a rien fait sciemment. Et je parle bien d'individus !

De toute façon, je suis convaincu à 200% que si une fille avait tenu le même discours que cet homme, le groupe l'aurait étiquetée de « fille qui ne comprend rien aux enjeux actuels et reste totalement aveuglée par le patriarcat. »


Ce que je souligne ici est bel et bien la violence du débat, pas la question du genre !



D'ailleurs, on va avoir droit à ceci.

Julie je pense qu'il veut dire que sa ne doit pas etre un acte banal dans le sens ou " ah mince je suis peut etre enceinte au pire il y a l'ivg" je peux dire que quand tu te pointe a rdv pour l'ivg ils te demandent pourquoi c'est arriver, quelle contraception etc.. Apres si tu tombe enceinte par accident, la pillule et pas une contraception fiable a 100% encore moins le sterilet ce n'est pas pareil. l'ivg n'est pas un acte annodin pour le corps, meme si tu te dis " au pire j'aurais un enfant plus tard" ok c'est ton choix mais a savoir que certaines femmes qui ont subi une ivg ne pourront plus tomber enceinte. alors on pourrais dire aussi " ah mince j'ai un cancer du sein, pas grave je me fais faire une ablation du sein"

Excellent ! 

https://66.media.tumblr.com/51e441b5ac010e45867953270f0bec24/tumblr_nbhp5xSQNv1trk9c4o1_400.gif

Voici quelqu'un qui fait preuve de bon-sens et qui prend le temps de comprendre le discours de l'autre et qui, en plus, l'étaye en ajoutant une comparaison que je trouve bien amenée.

Caroleen Hahaha y a bien que les mecs pour se dire qu'on va à l'ivg tranquillou comme si personne n'allait nous emmerder avec ça.

Mais où vas-tu ? Personne n'a évoqué ça dans le dialogue. 
Extrapolation extrême, histoire de tacler tous les mecs au pif. 

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/originals/44/39/ba/4439ba5092173373826c2e2f6a411ab8.gif

Quand je disais que, peu importe le sexe de l'opposition, elles seraient montées au créneau, ceci en est la preuve ! Lorsqu'une fille répond et tente d'expliquer le discours d'un homme, elles ramènent le sujet sur un discours généralisé du « mec de base ».


Suite du précédent commentaire : C'est peut-être parce qu'ils trouvent que leur discours moralisateur est très judicieux qu'ils comprennent pas qu'on s'en bouffe déjà assez en dehors de l'ivg pour courir y avoir recours.

On est pile poil dans un discours radicaliste, digne des partis politiques extrêmes : on construit l'image d'un ennemi commun – et ça, ne l'oubliez pas. Le mec, il fait la morale, sans arrêt et il saoule avec ça. De fait, on doit le démolir, car tous, sont distinction, sont nuisibles à la vie des femmes.

Suite : En attendant ils ont pas de méthode de contraception eux en dehors des capotes et combien j'en ai pas vu pleurnicher parce que "bouhouhou c'est moins agréable" et après on entend "les filles vous allez vous faire avorter parce que vous faîtes pas attention c'est pas bien vous êtes amorales".
On entend assez de conneries de la part
de bien des hommes (dit « tous les hommes », on sait que ça te démange !),
ça suffit les discours paternalistes. Qu'ils restent loin des uteri si ils sont si mal que ça!

Voilà ce qu'on a : un noyau dur de personnes à fond dans le féminisme. Ces personnes sont tellement tête dans le guidon qu'elles ne perçoivent qu'une haine globale : tous les hommes sont des connards qui ne comprendront jamais les problèmes des femmes. Peu importe ce qui sera dit, tout sera ramené au sexisme global, la phallocratie omniprésente et le quotidien insupportable des femmes dans notre monde.

Un gros mélange. 
Je précise toutefois que j'estime qu'il y a des inégalités et que ce n'est pas normal. La lutte pour l'égalité est une excellente chose, mais là, on est complètement en touche.

C'est pour quoi je mets mon grain de sel.

https://i.ytimg.com/vi/5lQUJnqDdso/mqdefault.jpg

Cyril : " À priori t es un garçon, donc tu ne peux parler au nom d'aucune femme. Elles le font très bien et n'ont pas besoin de toi."

Putain mais calme-toi, oh !

Ah mais c'est rageant de se faire rembarrer sous-prétexte de "t'es un mec, tu peux pas comprendre".
Merde, ça donne vraiment pas envie de soutenir une cause féministe !

Les mecs aussi peuvent défendre une cause féministe, et c'est pas en mode "ouais je le fais parce qu'elles toutes seules, elles peuvent pas"



Faut un peu tempérer son jugement : tous les hommes qui font du féminisme sont pas des opportunistes.Je sais que mon commentaire est assez virulent et que je réagis à chaud, mais c'est tout comme toi. (Retenez ceci, c'est important.)
Matthieu a juste exprimé quelque chose maladroitement, pas la peine de faire la chasse aux sorcières.


Lou Aucun, absolument aucun de tes propos ne soutiennent une cause féministe quelconque. Je refuse de me faire insulter par un type qui débarque de beau matin. Je refuse qu un mec me dise si mon combat est légitime et si ma manière de le mener lui convient. Matthieu a été maladroit il s est pris une colère légitime. Il a compris. Ton commentaire n est pas virulent il et insultant déplacé sexiste. Même conseil qu'à Matthieu va lire, documente toi. Léo Thier Vidal a des choses à t'apprendre.  

Afficher l'image d'origine 

On me dit que je ne suis pas féministe, on me prend de haut en affirmant que je devrais me « cultiver » puisque je suis un mec ignorant. « Il s'est pris une colère légitime. Il l'a compris » Ouais il a surtout compris que c'était stérile de débattre...



Cyril Wouah, t'es fatiguée toi !

J'ai jamais dit que je défendais de cause féministe, sérieux.

Puis, ouais, me faire dire que je suis insultant et sexiste.

Tu ne sais pas qui je suis ni ce que je fais.



Je suis prof, j'ai un élève qui fait preuve de harcèlement sur une élève, et je fais tout pour lui faire comprendre qu'un non, c'est un non, et qu'il n'a pas le pouvoir sur le corps de l'autre.

Mais, ouais, je suis sexiste.

Va lire mon commentaire plus bas, tu verras ce que je pense de l'IVG.

Je ne vais pas suivre les conseils d'une personne qui voit le mal partout.

Lady Tiens, y'à un mec (dans sa tête, ça a dû faire : « Intruder incoming, let's get it started ! ») qui va nous faire remplir un bingo.

#CalmeToi (l'accusation à l'hystérie est pas loin) (non, plutôt accusation au shitstorm)

#C'estRageantDeSeFaireRembarrer (au lieu de pleurer #MaleTears pose toi la question du Pourquoi) #Cadonnepasenviedesoutenirlacausefeministe (bah en même temps comme tu prouve que tu es pas profeministe, pas de stress alors)

Toi tu as le droit de réagir à chaud mais pas nous les femmes ?? Oo

(Euh... J'ai pas souvenir d'avoir dit ça !)

Suite : Pour l'instant la chasse aux sorcière elle se fait dans l'autre sens. D'où ce débat. Ouvre les yeux et sors de tes privilèges de pas être considéré comme une sorcière H24 

Digne de ce qu'a pu dire un certain vidéaste, le Raptor Dissident. Je ne suis pas d'accord avec la forme de son discours, ni de l'ensemble de ce qu'il dit. Mais ce qu'il affirme sur la fermeture du dialogue est juste : si t'es un mec blanc, tu es un privilégié, tu ne peux rien dire.

Suite : Ou "bienvenue dans notre monde" si tu n'y tiens pas 5 min alors pourquoi nous qui y vivons depuis des années, n'aurions nous pas le droit de "ne pas être calme"? Réfléchis donc à ça

Et nous te parlons par rapport à ce que tu nous écris et prouve ici. Pas la peine de dire qu'on doit se calmer ou qu'on est fatiguées. Les ordres, ça va??

Et ton métier n'a pourtant pas changé tes propos ni fait de toi un pédagogue. (Tu me connais pour dire que ça a changé mes propos?) Peut-être qu'il faut changer de métier... 

 

Cyril : Pourquoi les mecs pourraient réagir à chaud et pas les filles ?

J'ai réagi à chaud car vous avez réagi à chaud !

Ca vous fait pas plaisir ? Mais ça fait plaisir à personne ! J'ai absolument pas dit qu'en tant que femmes vous étiez interdites de quoi que ce soit. Je parle ici de nétiquette ! Vous confondez beaucoup, beaucoup de choses.



Ah mais vous me donnez des ordres aussi : va lire et te documenter.

Je réagis à la hauteur de ce que vous envoyez à la gueule avec vos commentaires.



Cyril "Et ton métier n'a pourtant pas changé tes propos ni fait de toi un pédagogue. Peut-être qu'il faut changer de métier..."
Aaaah belle ! Très belle. Tu me juges sans me connaître, bravo, vraiment bravo !
Femme ou pas, l'inconnu qui me balance ça sur le net, je le trouve pas crédible pour un sou

Lady Ce n'est pas ce que tu as dit pour ta réaction à chaud. On retourne sa veste? (Mais de quoi tu parles?)
Bah oui, c'est nous qui confondons. Lol

Tenir un argumentaire cohérent...



Cyril Je l'ai dit : j'ai réagi à chaud au commentaire de Lou car, de base, elle a été hyper virulente auprès de Matthieu, et qu'on pouvait très bien lui expliquer qu'il avait été maladroit sans lui sauter au cou.



"Je sais que mon commentaire est assez virulent et que je réagis à chaud, mais c'est tout comme toi." -> Tout, comme, toi. C'est marqué.



Et j'ajoute ici le premier commentaire que j'avais mis concernant la question de l'IVG : "Ce débat sera long, car la question est complexe et d'ordre existentielle.

Peut-on considérer le foetus comme un être humain ?

Qu'est-ce qu'un être humain ?

Que peut-on considérer comme étant "vivant" ?


Puisque l'IVG soulève ces questions, ça prendra énormément de temps à être fixé - voire, ça ne le sera jamais. Car chaque culture majeure aura un avis différent sur la question du vivant et, quand bien même la science peut donner une définition assez précise du vivant (ce qui naît, croit d'abord sans autonomie puis en autonomie et meurt), ça remet beaucoup de choses en perspective.

L'IVG est-elle un meurtre ?


Mon avis sur la question est tranché : je préfère une IVG plutôt qu'un accouchement dans la douleur et une éducation dans la peine. Si la mère ne se sent pas, pour diverses raisons, amener cet enfant au monde, il sera extrêmement difficile pour elle de complètement aimer cet enfant ensuite. Le choix lui revient, puisque c'est elle qui porte l'enfant. Une grossesse reste un parasitage du corps. On ne le dit pas assez, ça laisse des traces aussi bien physiques que physiologiques.

Comme la grossesse, l'IVG devrait être suivi et encadré, histoire de ne laisser personne seul. La solitude est pire que tout, à mon sens.


Mais il y aura toujours quelqu'un pour rétorquer : "Bien de tuer un être vivant ?"
Et qui ne cherchera pas à comprendre qu'un enfant qui naît dans le malheur aura énormément de mal à avoir une vie "normale".



Tout ça pour dire : j'ai peur que ce soit un débat sans fin."


Je l'ai dit : je défends l'idée que chacun a le droit sur son corps, et je défends ça dans mon boulot.

J'insiste : ça vous plaît pas quand on vous gueule dessus, pas la peine de gueuler sur les autres.

Lou  Merci Lady mais là je crois que vraiment ça vaut pas le coup.

PLS intersidérale de leur côté : comme le débat ne va pas en leur faveur et que je signale les fragilités de l'argumentaire, on a droit à une mise en retrait de l'élément perturbateur.

 
 Cet élément est crucial, car il est à relier avec un autre qui les fait passer pour des gamins.

Cyril T'as raison : ça ne vaut pas le coup.

Vous vous insurgez contre quelqu'un qui met en avant le fait que chaque individu doit prendre ses décisions et que personne ne peut le faire à sa place.



Cyril Et je termine avec un texte, autour de ces questions du "t'es un homme, tu peux pas comprendre"
(Texte "Le Poème du maïeuticien" disponible en fin de mon article de discussion sur le sexisme.)

Lady Tu as raison, Lou, mais comme il a fini on va pouvoir parler enfin. (Ridicule... Comme si je leur avais empêché de parler tranquillement.)

Lou ça faisait longtemps que je n avais plus eu ce genre de discussions sur FB. Maintenant je me souviens bien pourquoi.

Un nouveau protagoniste arrive.

Caroleen Un jour j'ai défendu une fille d'un garçon alors vous voyez bien que je suis féministe. :D
Dur d'être un homme, j'aimerais pas vivre leur oppression genrée de quand ils n'ont pas systématiquement raison parce que c'est chaud. 

 

Ok, tu essaies de me faire passer pour celui qui se fait passer pour un héros. Chose que je n'ai pas faite, car j'ai utilisé mon expérience pour signaler qu'elles n'avaient aucune idée de qui je suis ni de quel combat je pouvais mener concrètement dans mon quotidien (le mot "concret" est important, car c'est une réelle action sociale menée tous les jours) – je ne suis pas venu avec ça en mode « regardez-moi, je suis comme vous ».


Cyril "J'ai jamais dit que je défendais de cause féministe, sérieux"

Et puis, j'aime ton ironie :

  • si j'avais laissé faire, j'aurais été un connard
  • - je réagis jour après jour, dans le cadre de l'enseignement, je suis un connard

    Grandiose

Caroleen Je m'en fiche que tu laisse faire ou non. Y a bien des profs qui laissent faire alors c'est toi qui vois ce que tu veux faire dans ta classe.
Le reste de ton message j'ai pas compris... Ça ne m'a même pas l'air d'avoir de rapport avec la rapport avec la choucroute.

Bien sûr, tu dis que tu t'en fiches. 
Mais c'est faux. 
J'aurais voulu lui répondre que, non, elle ne s'en moque pas. Car dès qu'il est question qu'une personne fait preuve de laxisme vis-à-vis de la prévention du harcèlement, elle aurait été la première à s'insurger en disant : « Mais pourquoi ils n'ont rien fait ?! »




Mauvaise foi, comme pour conclure au mieux ce débat rempli de bullshits.

Cyril Ca a un rapport. Tu te fous de ma gueule parce que, soit disant, j'aurais défendu qu'une fois une fille d'un garçon et que j'utiliserais ça pour me faire passer pour un féministe actif.

Sauf que je n'ai jamais fait ça.


Ton commentaire avait pour but de me décrédibiliser mais ne tient pas la route un seul instant. Parce que tu me donnes des intentions que je n'avais pas.


De toute manière, j'ai bien compris le jeu : on ne prend que des éléments qu'on sort du contexte, on ne lit pas tout, on prend des raccourcis et on crie au sexiste ou je ne sais quoi.
Magnifique offensive rondement menée, basée sur des inepties et des œillères grosses comme pas permis.

Je terminerai sur ça : on ne peut décemment entamer un débat lorsqu'on commence par "de toute façon, tu ne peux pas nous comprendre". Parce que, ça, c'est un discours d'ado, et vous êtes des adultes. (je précise, sinon on me dira que vous n'avez jamais dit ça... Mais dire : "Tu es un mec tu ne peux pas parler au nom des femmes" revient à dire "Tu es un mec, la question des femmes ne te regarde pas, tu ne pourras jamais complètement la comprendre, car tu es un mec").
Justement, si "on ne peut pas vous comprendre", alors ne lancez pas de discussion. Peu importe vos arguments, on ne pourra pas vous comprendre, parce qu'on est du mauvais côté du genre.
La diabolisation généralisée ne tient pas debout à la base, mais quand on démarre comme un gosse de treize ans, on ne peut pas s'attendre à un débat constructif.


Je vous ai fait chier : tant mieux.

J'ai voulu rentrer dans le lard, j'ai utilisé les mêmes options que vous avez utilisées contre Matthieu.
Ca vous fait rager ? Excellent : faîtes preuve de nétiquette, ne sautez pas direct à la jugulaire des autres.


Taxez-moi de réac', de traditionaliste, de sexiste, je m'en tamponne. Mais faîtes au moins preuve de savoir-vivre. Avoir des idéaux, c'est très bien. Faire preuve de vivre ensemble, c'est mieux.

Allez, énervez-vous suite à ça si ça vous chante, excluez-moi comme des gamins en mode "ah il dit n'importe quoi mais heureusement nous on est dans le vrai." Encore une fois : avec un comportement comme celui-ci, rien n'avancera. La solution n'est pas d'écraser "le sexe fort" (et je déteste cette expression, car il ne devrait pas y avoir de rapport de force entre les genres), mais de parvenir à une égalité apaisée.


PS : Julie a tout compris : elle a tenté de comprendre le point de vue de Matthieu afin de bien décortiquer ce qu'il y avait à voir, au lieu de prendre des raccourcis. Ca, c'est faire preuve de nétiquette.


On a eu du nouveau.



Lady Hum... c'est marrant, ça fait 2 fois qu'il termine... lol
A quand la conclusion de la conclusion de la conclusion.
En vrai : de toute façon, tu ne peux pas nous comprendre petit ado. Sais-tu quelle est la douleur qu'on a tous les mois? Tu vois tu peux pas comprendre sans l'avoir ressenti.
Peut-être que tu n'es pas le destinataire de nos discussion (indice : piste de réflexion pour toi l'ado)
Tu ne sais pas ce que c'est que rentrer dans le lard. Nous on l'éprouve tous les mois, en vrai.
#Scoop
Et puis tu nous énerve pas mon chaton, tu es trop pathétique pour ça. L'égalité apaisée, on est pas rendu avec des gens comme toi. Et je suis gentille avec toi pour te materner, t'as vu? Tu es content-content ue l'on te protège? Tu es pas le 1er à dire de la merde comme ça, et tu sera pas le dernier. Alors, Next.

Tu es sexiste, c'est pas te taxer, mais énoncer un fait.

Si maintenant tu pouvais rester digne, te calmer, et nous laisser respirer et vivre, ça serait respectueux, merci. Ah et éviter de distribuer des bons points pour établir un concurrence pour diviser pour mieux régner c'est de la manipulation qu'on a déjà vu 100 fois.
Ta contribution utile serait de ne jamais oublier ton préservatif.


Puis elle a ajouté le Bingo sur le féminisme... Sauf que sur toutes les cases, il doit y avoir un ou deux points à la limite que j'ai soulevés. La victimisation s'est faite d'elle-même quand elles disent : « Tu peux pas comprendre notre douleur tous les mois. »

Je dois ajouter qu'après tout, une autre a dit "Ah n'étiquette un mot que j'ai pas entendu depuis mes cours de techno" qui est une réaction de gamin sensée me décrédibiliser sous forme de "oh lol quel mot de merde !" et pourtant essentiel. Et ça ajoute qu'elles s'occupent à remplir cette grille : qu'elles le fassent, si ça les amuse ! Je n'ai pas répondu, ce serait leur donner raison.

Du coup, ma réponse est calme.

Cyril Analysons simplement, et sans colère.


Tu joues sur les mots en voulant me ridiculiser : "conclusion de la conclusion". Oui, j'avais dit que j'avais terminé. Sauf qu'un élément s'ajoute, je devais modifier mon propos. Normal, pour être total sur ce que j'avais à dire.

Ta réaction ? Tu sors de ton mutisme sous le mode du "je vais le sortir de la situation de communication en ne m'adressant qu'à ma comparse et en l'excluant de celle-ci" pour revenir me parler.

Toi, également, tu sors de ta conclusion énonciative pour revenir communiquer. Même situation.


Retourner l'attaque, appuyée par des arguments de communication, envers l'opposition, cette fois sans aucun argument. J'ai dit que vous étiez des ados car vous partiez du postulat du "vous pouvez pas comprendre". En quoi, moi, serais-je un ado ? Selon toi, car je ne connais pas une douleur qui n'est pas dans ma physiologie. Ok, soyons clair :

  • je vous critique quelque chose dont VOUS êtes responsable, à savoir votre discours

  • tu me critiques quelque chose que je n'ai pas choisi, à savoir mon genre et comme quoi je ne connaîtrai jamais la douleur des règles

Tu fais ensuite de la victimisation personnelle pour combler ce manque d'argument, toujours en mettant un élément dont je ne suis pas responsable : je n'éprouve pas votre douleur, et ne l'éprouverai jamais, contrairement à toi qui la subis.

Encore une fois, tu me critiques quelque chose dont je ne suis nullement responsable.



Tu me dis que je suis contre l'égalité apaisée, que mon discours incite à la haine. Je rappelle que tu es venue dans un discours en admettant que Matthieu sortait des âneries sexistes. En revanche, je suis venu dans la discussion en utilisant le même canal de communication utilisé plus haut : insulte, réaction à chaud, renverser les arguments.

Tu termines par l'insulte : "tu es sexiste". Tu tentes de montrer que je serai hystérique, ou tout du moins "rageux", alors que l'ensemble de ton commentaire témoigne d'un profond mépris envers une personne que tu ne connais pas et sur laquelle tu imposes une injustice dont il n'est pas responsable.



Ceci étant dit, je vais ajouter des éléments subjectifs.

Le fait de rire d'une incohérence type "oh lol, t'as dit que c'était fini mais tu continues", encore une fois, c'est une réaction puérile.

Retourner une insulte, c'est un "j'te l'renvoie" argumentaire extrêmement pauvre.

Tu termines avec une pseudo-claque sensée me mettre en PLS, mais pour quoi ? Pour me dire ce que je dois faire ? N'est-ce pas ce que tu dénonces ?



Je n'ai même pas à te remercier pour donner en si peu de mots toutes les justifications de pourquoi vous prenez le débat par le mauvais sens.



Je pourrais terminer de manière aussi enfantine que toi, en faisant un : "Tu veux du sexisme ? Allez j'te balance ça" mais ce serait inutile.

Je n'ajouterai aucun sarcasme ni provocation. Tu m'as sorti "ado", j'ai décortiqué et analysé simplement, en prenant du recul.

Je pense que ça suffira.


Et on termine sur ça :

Lady Continue, ce n'est pas assez précis pour moi. C'est trop vague. 

Cette personne quand elle a tenté son ultime provoc'...
 
De la provocation de bas-étage alors que j'ai dit que "ça suffira", le but étant de me faire répondre pour encore une fois dire : "Mais t'as pas fini, lolilol ?"

Que retenir de ça ? Que l'activisme des Social Justice Warriors peut aller trop loin, quitte à tirer à vue dès qu'il y a un minimum de discussion. C'est digne de ce que le Raptor Dissident a montré avec cette nana qui insulte sans arrêt le chauffeur qui la conduit chez elle. Tout est prétexte à lui donner tort, à dire que c'est un connard fini.
Débat stérile face à des personnes qui argumentent comme des adolescents qui ne voient pas loin, en restant égocentré et sans chercher à comprendre que la solution n'est pas le renversement de la domination, mais la voie vers un pacifisme égalitaire (ou égalité apaisée).
On se retrouve face à un argumentaire basé sur le trashtalk (parler mal, insulter "pour rigoler"), des brimades qui s'accompagneraient de "nananère" telles que "ah mais ce mot est tellement naze" et la provocation afin d'humilier, comme on l'a vu avec "à quand la conclusion de la conclusion de la conclusion".
C'est pourquoi je parle d'égocentrisme. C'est toujours voir la paille dans l'oeil du voisin. C'est s'arrêter aux mots sans voir les idées réelles. C'est se cantonner à "soi" au lieu de voir au-delà.
Ces personnes répondent à la violence par la violence. Mais ajouter du feu sur une fournaise, ça ne fait que tout ravager. Et tout est bon pour alimenter ce brasier : raccourcis de pensées, inepties, sortir les choses de leur contexte, sélectionner les éléments et virer le reste. Tout réutiliser pour attiser la haine autour d'un ennemi commun.
On est là dans des pratiques idéologiques dignes des partis politiques radicaux (une simple analyse des discours politiques le montre, comme la vidéo de Linguisticae avec Usul ci-dessous). Que ce soit le FN en France ou la campagne de Trump aux USA, tout est régi autour de cet ennemi : le migrant en politique, le mâle dans ce débat. Selon eux, cet ennemi est la cause de tous les problèmes :
  • en politique, les migrants ponctionnent les aides sociales, nuisent à la sécurité de l'Etat et empêchent les « natifs » de vivre convenablement
  • dans ce débat, les mecs sont tous des phallocrates, défendent une vision passéiste de la femme qui aurait besoin de l'accord de l'homme pour tout faire et qui serait le seul à pouvoir prendre des décisions sur tout et tout diriger
Une fois ce cadre posé, on impose un système de pensée simple et efficace : ils sont tous mauvais, preuve à l'appui. La demi-mesure n'existe pas et ne doit pas exister, et la particularité doit devenir généralité.

Un tel débat m'inquiète, et me fait me poser des questions : participe-t-on, à l'heure d'Internet où tout se fait dans l'instantané, à la montée de tous les extrêmes ? Avec Trump à la présidence américaine, aura-t-on le FN au pouvoir en France ? Les SJW imposeront-ils une lutte à blanc sur leurs fronts idéologiques ?
Aura-t-on une explosion de tous ces conflits de pensées vers une guerre ouverte ?

Les identités s'affirment, se nourrissent et se gonflent. Les idéologies se préparent, mais à quoi ?
Réponse dans quelque temps.


Je précise une dernière fois : je ne partage pas l'intégralité du contenu du Raptor Dissident. Je m'en suis surtout servi pour illustrer le cas des SJW et de leurs dérives, ainsi que l'impasse de leur argumentaire. La forme de son propos ne regarde que lui.
Source des images : knowyourmeme, tumblr, pinterest.