jeudi 24 mars 2016

Tonton Death Metal et la société : Mathieu Sommet, démagogie et inconscience pédagogique

Pour l'ambiance...

Bonjour.

Mercredi 23 mars, Mathieu Sommet a publié une vidéo intitulée "Surpopulation, suicide de l'espèce".

J’estime le contenu de la dernière vidéo de l’auteur de SLG extrêmement inapproprié pour un public adolescent. Le nihilisme mis en avant, avec une pensée raccourcie en 4 minutes (sachant que j'ai déjà discuté des raccourcis de pensée...), est pour moi un réel manque de réflexion sur la portée de son message. Cet article, je le situe comme priorité : parce que je crois en l’avenir et que la jeunesse n’a pas à être agitée par un discours pré-mâché avec lequel ils ne prendront pas le recul nécessaire. Diffusez, ou n’en faîtes rien, je m’en fiche. Mais on est dans une ère de la définition de la portée du contenu numérique. Ce moment, je l’estime important.

Je vais donc partager un ensemble de réactions, ainsi que la lettre ouverte que j'ai rédigée. Enfin, je prendrai plus de recul avec une observation de tout ce que j'ai pu lire.


Réaction 1 
"J’arrête pas de le dire, arrêtez de faire des enfants bordel de merde"


Réaction 2 
Je suis navré, autant j'étais d'accord avec la précédente vidéo, autant là c'est très moyen, tu ne connais pas très bien ton sujet, tu te contente de cité des problèmes que connaît notre monde mais sans expliquer leurs lien avec la surpopulation. Je ne comprends pas le mal de certaines conséquences que tu as soulevé, par exemple "mondialisation", je n'arrive pas à voir en quoi c'est lié à la surpopulation et en quoi c'est un mal, on dirait que tu as placé ce mot au hasard, évidemment que la mondialisation entraîne des conséquences négatives mais en soi ce n'est pas un mal. 
De plus tu ne vois qu'une partie du problème, tu n'essaie pas dédramatiser, d'essayer de trouver des limites à la théorie que tu défend
Tu aurais pu dire qu'au début du XXe siècle des savant avait théoriser qu'une grande partie de la population mondiale allait mourrir de fin, mais ce ne fut pas le cas grâce à des innovations dans le domaine de l'agriculture par exemple. Bref tout ce pavé ennuyeux pour dire que si tu veux parler d'un sujet qui implique LA FIN DE L'HUMANITÉ, essaie de faire une vidéo un peu plus longue afin de voir plus loin [...] Dommage. 

Source

! Zone d'échange type "forum romain" !

- A quoi bon être intelligent vu ce qu'on en fait, de cette intelligence ... Je suis nihiliste et misanthrope et je trouve que l'homme est la plus ridicule chose qui puisse exister dans cet immense et sublime univers. Mais bon je suis heureux à l'idée que l'humanité disparaîtra un jour, ça me rassure, la terre (si elle n'est pas déjà détruite jusque là) respirera à nouveau et ce sera la fin de ce parasite qu'était l'homme pour elle ^^

- SirMK (moi-même) : Alors, tue-toi.
Désolé, j'ai énormément de mal avec les messages de ce type.
Tu veux que la Terre respire, va jusqu'au bout de ton projet.
Ou bien arrête ta démagogie à deux balles, et défends réellement tes convictions de manière légitime et plausible.
Si mon message est sec, il est dit dans le but de te montrer qu'une telle position n'est pas tangible un seul instant. Je ne veux absolument pas alimenter une quelconque violence, mais signifier qu'à un moment donné, il faut cesser d'être incohérent à ce point - ou enfin prendre les devants pour se battre en faveur de ce qu'on croit juste.

- Ce n'est en rien de la démagogie, je ne fais que partager mes idées, je suis totalement désintéressé. Le suicide est quelque chose de bien bête, car lorsqu'on peut connaître cette chose absurde mais intéressante qu'est la vie, ce serait con de se l'enlever. Les nihilistes et les misanthropes ne sont pas suicidaires tu sais. Et quand je parlai de la terre mais je m'aperçois que j'aurai du mettre "univers", ne me prend surtout pas pour un de ces niais d'écologistes, enfin remarque, je m'en fous è_è

- SirMK : Si, ta pensée est démagogique, car elle ne tient pas debout et ne se base que sur des a priori.
Comment peux-tu défendre l'idée que l'humain détruit tout alors que tu es toi-même sur ton PC qui consomme des ressources importantes ?
Comment être crédible en affirmant que les bébés sont une future plaie alors que, toi-même, tu en as été un ?
Si tu estimes que l'humanité est une plaie, alors tu en fais partie, et tu diffuses ce virus.
Après, je respecte le fait que chacun pense ce qu'il veut. Mais, à un moment donné, il faut définir cette vidéo comme ce qu'elle est : un foutage de gueule.

Est-ce vrai ? Te sens-tu vraiment responsable du cancer du monde ?
Bien sûr que non.
Mais tu affirmerais, tout de même, que certains sont cons et que, toi, tu es au-dessus de ça car tu as "une juste pensée" ?
Alors tu es un élitiste qui juge a priori. Tu ne te bases que sur des "on dit", que sur du théorique, que sur de la démagogie. Mais rien de concret.
De plus, qui serais-tu pour juger que ta pensée serait supérieure à celle des autres ?
Comment pourrais-tu t'affirmer au-delà de cette plèbe que tu jugerais "cancer du monde" ?

Alors, excuse-moi, mais ta pensée n'est pas tangible.

-Au pire on s'en fou, il va surement rester assez de terre pour tout le monde jusqu'à notre mort. Et une fois mort, bah on s'en fou on est mort.

- SirMK : NON ! Et les générations futures, bordel ? T'y penses un peu ?
C'est à cause de pensées type "on s'en fout on sera mort", qu'on se retrouve avec plein de merdes, et plein d'éléments qu'on croit "normaux".
On ne peut pas se dire "j'fais ça pour moi et j'm'en branle". Là aussi, comme cette vidéo, c'est de l'inconscience !

 -Si tu penses ça, c'est que tu ne comprends donc rien au nihilisme, je m'en fous du monde et de ce que je fais, car rien n'a de sens, tout est absurde, au revoir.
Et pour info, la démagogie est, je cite "l'action de flatter les aspirations à la facilité et les passions des masses populaires pour obtenir ou conserver le pouvoir ou pour accroître sa popularité." Ce que je ne fais pas.

 - Je comprend le point de vue de Fox, et perso, je pense pas "me sentir au-dessus des autres grâce à mes justes pensées". C'est juste que la nature est tellement belle et parfaite à mes yeux que l'homme fait tâche à côté.
Après, ça reste un avis personnel, on aime ou on n'aime pas quelque chose, c'est comme ça. Moi même, je ne comprend pas les optimistes qui disent que "la vie est belle", mais bon, ils pensent ce qu'ils veulent, ça ne me regarde pas.

-Mec si tu crois qu on peut resoudre tout les problèmes de la planète en une genération, l homme est egocentrique et a chaque generation il se dira, j m en branle des autres, moi aussi je veux mon petit coin de paradis entre deux arbres mort 

-De toute façon, ça ne sert à rien de se préoccuper du futur puisqu'un beau jour, l'humanité disparaîtra. Et avec cela tous les choses qu'à pu concevoir l'homme, l'univers n'aura que faire de savoir que des génies comme Kant, Nietzsche, Mendeleïev ou Bohr ont vécu, pensé et conçu.

- SirMK : Je comprends le côté absurde, mais on ne peut décemment pas défendre une thèse comme quoi on s'en fout du futur et des autres.
D'ailleurs, vous affirmez, toi et les autres, vous en foutre du futur, mais vous considérez qu'il est important de limiter les naissances ? Pourquoi ? Puisque de tout façon c'est plié.

Vous pouvez être sceptiques, bien entendu, mais là, ça frôle le foutage de gueule. "Je m'en fiche du futur, mais je suis d'accord qu'il faut limiter les naissances, ça fera du bien au monde. Je m'en fous, mais je veux bien une solution pour l'avenir."

Bravo, votre front commun ne tient pas debout. Vous pouvez me dire que je suis étroit d'esprit, que je confonds des choses, ce sera parfait. Vous donnez vous-même les incohérences.

La vie est absurde, tout est voué à disparaître ? Eh bien, disparaissez.
Je ne suis pas un éternel optimiste, mais je crois en l'avenir. Excusez-moi d'être enseignant et de voir en chaque enfant que je côtoie tous les jours une possibilité de voir émerger quelque chose.
Sinon, je fais comme vous, j'ignore toute possibilité, et je conduis la progéniture à une débauche je-m'en-foutiste où on ne respecte plus rien, car aucune règle ne tient debout.
Lisez "A Rebours" de Huysmans, niveau absurdité et interrogation sur un monde qu'on pense déjà mort, il y a de quoi penser.

- C'est peut-être pourtant la nature humaine. Si on cherche plus loin, a quoi sert une existence génée par l'altruisme, dans tous les cas nous sommes inutiles et n'en profiterons pas

- SirMK : Et pourquoi rechercher forcément l'utilité égocentrique ? Toute action ne doit pas forcément aller vers ton profit.

[...] 

- Au pire, je trouve votre discussion assez paradoxal étant donné que si vous n'aviez pas existé vous n'auriez pas pu juger la nature de "belle" et une autre espèce encore l'aurait détruite mais cette fois sans ne rien pouvoir faire puisque nous sommes les seuls êtres doués d'intelligence et de réflexion capable (je pense) de la préserver si on faisait un minimum d'efforts. De plus ce sont justement les gens qui pensent que l'humanité est un plaie qui en font un cancer, en ne contribuant en rien à sa sauvegarde ainsi qu'à celle de la Terre et en profitant juste du petit confort que vous avez aujourd'hui grâce à ceux qui pensent que l'humanité est une espèce comme les autres apte à se développer et à rendre cette nature encore plus belle. Mais je constate que les personnes comme vous sont de plus en plus nombreuses et comme par hasard y'a de moins en moins de créativité ou d'activité chez l'homme.

Bref je voulais juste donner mon avis dans ce débat futile où chacun possède son opinion.

- oui, si je n'aurais pas existé, je n'aurais pas pu juger du beau ou non, et ça ne m'aurais pas dérangé ainsi. De toute façon, c'est trop tard, j'existe, alors autant essayé d'aller de l'avant, mal grès les choses qui me plaisent pas.
Et qui te dit qu'un "autre espèce" l'aurait détruite ? Et comme tu dit, il faudrait un minimum d'effort, et quelqu'un comme moi ne peut pas faire de grands changements, qui aurait une importance décisive. Les personnes à la tête de grosses entreprises ou de pays, oui, elles le pourrait, mais comme il n'y en a que pour le profit,  les choses n'avance pas.

[...]

- SirMK : Excuse-moi si je t'ai froissé concernant la position sur la limitation des naissances. Il y a que je prends très à cœur ce qui se passe sur cette vidéo, quand je vois des adolescents exprimer leur profondes angoisses à la suite du visionnage de cette vidéo.

D'accord, tu es écœuré par l'homme avide et intéressé. Mais, concrètement, que fais-tu contre ça ?
Ce que j'ai voulu signaler, avec fougue et à grand renfort de messages qui prennent vos arguments, c'est qu'un discours, c'est beau. Mais, à un moment donné, il faut arrêter de parler, et agir. Ou bien, on fait dans la démagogie.
Ce que je signale par la démagogie, c'est la "bien pensance", le fait de dire de belles paroles bien alignées, sans rien proposer derrière. Que vous le fassiez ne me dérange pas du tout.
En revanche, je dénonce ouvertement et farouchement quand Mathieu Sommet le fait. C'est un créateur, il diffuse un discours de masse. Sauf que ce discours de masse il ne va pas lorsqu'il ne reste que discours. C'est bien beau de terroriser des ados', mais que comptes-tu proposer derrière ?

Je suis vraiment désolé si je vous ai agacés, toi Fox ainsi que les autres, mais mon but est de signaler qu'on ne peut pas, en tant que créateur, se permettre de lancer des pavés dans la mare sans réfléchir aux conséquences. Car certains ne pensent pas comme vous, et n'ont pas les armes pour prendre du recul vis-à-vis du nihilisme de cette vidéo.

- Tu ne nous as pas agacé, au contraire ça peut aider de partager son avis. De ton point de vue, je comprends pourquoi tu n'as pas aimé cette vidéo. Mais dans ce cas, s'il faudrait placé des actes sur ces paroles, je suis désolée mais étant donné le sujet, je ne vois pas vraiment ce que l'on peut faire. Forcer la contraception dans le monde entier ? Tuer les individus en trop ? Je pense que cette vidéo voulait juste faire réfléchir sur ce problème

- SirMK : Je te remercie de ta bienveillance. Je l'ai dit plus haut, vous, vous ne pouvez pas faire grand chose vis-à-vis de ce problème, hormis ne pas procréer. Et vous en avez le droit, bien entendu ;)
Le problème, par contre, je l'ai dit plus haut : "je dénonce ouvertement et farouchement quand Mathieu Sommet fait ce discours sans action. C'est un créateur, il diffuse un discours de masse. Sauf que ce discours de masse il ne va pas lorsqu'il ne reste que discours. C'est bien beau de terroriser des ados', mais que comptes-tu proposer derrière ?"

Dans les commentaires, j'ai lu des personnes exprimer leur effroi. Et ça, justement en tant que prof', ça me dérange (pour revenir sur "pourquoi tu précises que t'es enseignant ?" et être absolument clair à ce propos).

Réaction 3

cette chance n'est en realité qu'un espoir d'un gosse de 18 pije qui a perdu toute confiance en cette misérable chose qu'est l'humain... j'avais 5 ans en cp quand les professeur voyant que j'ecrivait très mal on commencé a me traiter de flemmard et à clairement me faire comprendre que j'etait une merde. c'est dur pour la plupart des jeunes enfant de se remettre en question, mais disons que j'etait très très précoce et que ces fils de putes on reussi a me faire croire que j'était une merde et qui a l'age de 7 ans mon fait dire que je voulais me suicider car de toute façon j'etait nul.

ce n'est qu'a 15 ans que l'on ma detecter une dispraxie, et que la raison pour laqu'elle j'ecrivait commme une merde (au point de pas savoir me relire moi meme).

j'ai beacoup souffert pandant ces 10 ans les prof qui me detestaient, ma confiance en moi reduite a neant devenant petit a petit un cas social rejeté par les autre gosse. 10 ans qui m'on permis de construire mon pessimisme et qui mon amené a detster l'homme pour ce qu'il est aujourd hui: des fils de putes qui se basent sur des prejugés et des regles social sans fondement logique ce suivant les un les autres defandant des idéaux qu'ils ne comprennent meme pas. 
Finalement, cette vidéo fait ressortir les souffrances des personnes.

Réaction 4

De 1: ta solution me fait extrêmement peur, sans même m'en rendre compte j'avais un tête en mode "bouche B choquée" durant presque toute la vidéo De 2: je ne veux pas de ta solution, mais je me dis que t'as raison et donc que c'est affreux, je pense que je vais retourner dans ma dépression dans laquelle je pense à mon future dont j'étais sorti il y a de ça quelques mois o_o
T'inquiète ça va ^^ je plaisantais, (par contre pour ma tête devant la vidéo c'est pas une blague) c'est juste que c'est vachement triste de parler de ça même si c'est un fait.[...] Vraiment, vraiment désolé d'avoir autant parler de moi comme ça ><, mais j'avais besoin de le lâcher quand j'ai vu que tu t’inquiétais un peu pour moi, même si c'était que dans la première partie de ton message. J'aime bien parler, désolé si ça t'as ennuyer ^^ puisque que la majeur partie de ton message ne parle pas de moi ^^. J'ai peut-être besoin de m'endurcir mais je ne sais pas comment m'y prendre appart prendre la vie du bon côté, quand je m'inquiète pour rien ^^


Avant de passer à la lettre ouverte, on remarque une chose intéressante : chacun, même les nihilistes, exprime un profond malaise. Que ce soit une peur de l'avenir, ou bien un dégoût après une blessure, il y a chez ces personnes un inconfort palpable que cette vidéo a mis à avant. Il y a bien une peur de l'inconnu qui émerge à nouveau et, à mon sens, c'est une véritable erreur.
Voici la lettre ouverte à Mathieu Sommet.

"C'était quoi le projet ?
Faire en sorte que les gens balancent "ouais il faut limiter les gosses et qu'il y ait moins de monde !", alors qu'ils seraient les premier à brailler si on faisait une politique de restriction drastique de la population en les tuant en premier ?
Provoquer une peur et une angoisse chez des personnes fragiles qui pensent que ce scénario catastrophe va forcément arriver ?
C'est une énorme maladresse que tu viens de faire.
Une grosse bourde pédagogique.
Quand on a une communauté aussi grande, surtout composée de 15-25 ans, on se doit de faire gaffe. Tu ne peux pas diffuser un discours sur un sujet aussi complexe en 4 minutes. Par ces raccourcis, tu t'embourbes dans une démagogie absolument impossible : qui es-tu pour dire qu'il faut limiter les naissances ? Personne, car tu ne proposes qu'un discours théorique basé sur des suppositions.
Le problème, c'est que le montage est tellement bon, les phrases tellement astucieuses - car tu sais attirer les spectateurs - que les personnes boivent tes paroles. Bébé = Monsanto, bravo, j'avais pas vu un discours aussi réducteur depuis les discours nationalistes.
Les raccourcis, c'est ce qui mène aux extrêmes. "Le chômage monte, et il y a plus de migrants ? Ca veut dire que les migrants sont la cause du chômage !"
Et c'est comme ça qu'on monte un discours pro-FN.

Alors, oui, certains vont dire que tu as eu l'audace de dire un message qui va à l'encontre de la "bonne pensée" qui veut qu'on ait tous des enfants. Sauf que, non, on n'est pas là dans la destruction de la démagogie pro-natale : on est dans une démagogie pseudo-humaniste.
Il y a un juste milieu entre dire "allez il n'y a pas de problème, tout va bien !" et affirmer "vasectomie pour tous, les minots, c'est la mort !". Si certains font le choix de ne pas avoir d'enfant, tant mieux pour eux, et je ne les juge absolument pas là-dessus. Mais si tu voulais défendre l'idée qu'on ait le droit à ne pas avoir d'enfant, ne passe pas par un discours misérabiliste et nihiliste. C'est un coup à déprimer grand monde, et à alimenter des pensées extrêmes.
Par ailleurs, tu vas faire culpabiliser des personnes qui, elles aussi, ont le droit de faire leur choix, notamment celui d'avoir des enfants.
Enfin, tu permets le plus gros foutage de gueule qui soit : ceux qui disent "ah je le dis toujours que les bébés c'est d'la merde, les enfants c'est con" mais qui oublient d'où ils viennent.
Un discours qui fait élitiste, qui se contente d'être pseudo-intellectuel, mais qui en aucun cas a réfléchi sur sa réelle portée.
J'appelle ça de l'inconscience.
Bordel, il faut vraiment revoir les objectifs de cette chronique. Parce que tu engendres ça : "J'ai envie de chialer... Ce que tu dit est tellement horrible :,("
Ou ça : "De 1: ta solution me fait extrêmement peur, sans même m'en rendre compte j'avais un tête en mode "bouche B choquée" durant presque toute la vidéo De 2: je ne veux pas de ta solution, mais je me dis que t'as raison et donc que c'est affreux, je pense que je vais retourner dans ma dépression dans laquelle je pense à mon future dont j'étais sorti il y a de ça quelques mois o_o"
C'est dommage de déprimer ainsi ses spectateurs, et d'enflammer des personnes qui se lancent dans des messages démagogiques type "l'humain c'est le cancer du monde".
Très sincèrement, j'espère que c'était de l'humour dans cette chronique car, là, on est dans du danger.
Bien cordialement."

Il devrait l'envisager réellement avec cette chronique, le reboot...

Au-delà de tout débat, les réactions signalent quelque chose de très intéressant.
Face à cette situation se joue un véritable conflit de pensée : "Je voudrais faire changer les choses, mais je n'y peux rien. Tout faire tout seul est effectivement impossible et irréalisable". En revanche, il nous est possible d'initier un élan positif en vue d'une progression
L'augmentation des incivilités t'agace ? Sois poli au maximum, et montre qu'on peut être poli sans être idiot, ou sans être "trop bon trop con". 
Tu trouves qu'on se laisse trop marcher sur les pieds ? Exprime-toi, montre qu'on ne peut pas te rouler dessus sans que tu ne dises rien, révolte-toi. 
Tu voudrais que les gens soient plus accueillants envers toi ? Essaie d'être toi-même un peu agréable et chaleureux, sans aller dans le débordement d'amour.

Il y a des solutions, encore faut-il y croire. Et surtout, il faut qu'elles soient à notre portée. Rien ne se fait en un jour, malheureusement.

Beaucoup parlent de l'absurdité de la vie pour être cynique et froid envers le genre humain : tout est voué à disparaître, alors pas besoin de faire des efforts, de toute façon l'humanité est corrompue. Seulement, une telle pensée est nocive, à mon sens, pour plusieurs raisons :
- si on ne fait plus rien, si aucun système ne vaut le coup, l'éducation n'est plus nécessaire, et ça conduit à l'anarchie, l'absence de règles.
- cette pensée est faite à partir d'une situation où on a tout. Je suppose que les nihilistes ont leur confort bien acquis, lequel n'est pas venu sans hasard, mais avec un souci d'avancer. 
- j'ai beaucoup de mal, même en prenant l'idée dans tous les sens, avec cette affirmation comme quoi l'homme serait fondamentalement mauvais. Les nihilistes sont les premiers à dire qu'il n'y a aucune réelle notion objective de "bien" et de "mal", puisque tout système est lacunaire et subjectif. Par contre, ils sont les premiers à affirmer que l'Homme est mauvais. Ca ne tient pas debout, c'est incohérent, ou tout du moins mal défendu.
- les nihilistes affirment que la vie est absurde, qu'elle n'a aucun sens. Quelqu'un a dit dans les commentaires : "A la limite, la seule chose que je verrai de positif dans l'humain, c'est l'Art." Justement, l'art signale la capacité de l'humain à chercher à se transcender, à aller au-delà de sa condition de simple "être vivant". Mais l'art peut être nocif également : il peut diffuser un message de haine, être mal utilisé, comme tout outil en fin de compte. Mais dire que l'art est positif, ça signale aussi une idée importante. L'art est inutile en soi, il est, simplement. Le seul objectif d'une œuvre est d'être pour donner à ressentir. La vie est certes absurde, mais la seule raison pour laquelle nous soyons là, c'est pour être. La vie n'a que ce sens, celui d'exister. Nous n'avons rien choisi, néanmoins l'émotion est ce qui nous pousse à vivre des expériences ou à se transcender.
- les nihilistes affirment enfin que l'humain est fondamentalement intéressé, et que ceci les dégoûte. Ils ont une vision réductrice de l'intérêt comme étant celui de l'intérêt économique : "Je fais ça et j'attends ça en retour." Sauf que l'intérêt, pris au sens large, est partout. Faire une action positive est intéressé, car elle a pour but que tu fasses plaisir à quelqu'un. Le bouddhisme, en parlant de karma, définit l'idée qu'une action aura des conséquences, et met en avant le fait que le mieux est d'être avenant et positif envers chacun afin qu'eux-mêmes soient ravis et fassent preuve d'avenance et de bienveillance au fur et à mesure. On pourrait rétorquer : "Mais c'est quoi faire le bien ? Pour certains, faire le bien ne veut pas dire la même chose que pour moi ! Le "bien" est subjectif." Seulement, au fond de nous, nous savons que dire "Bonjour" en souriant, c'est bénéfique.
Attention, car le bouddhisme affirme aussi qu'une action qu'on pourrait penser bénéfique peut avoir des conséquences inattendues, mais que malheureusement cela nous dépasse.
Par ailleurs, les nihilistes refusent l'intérêt, comme étant source de corruption, mais disent : "On s'en fout du futur, ça ne nous profitera pas." Une position hautement intéressée qui se résume en : "Si je n'ai pas de retour sur mon action, alors ça ne sert à rien !" Justement, faire une action positive a des conséquences qu'on ne verra pas. Le bouddhisme évoque tout cela, notamment dans Le Livre tibétain de la Vie et de la Mort de Sogyal Rinpoché.

Avec tout ceci, certains sur Internet estiment la position nihiliste comme étant une défense de "lâche" ou bien "d'enfant gâté". Autrement dit, elle serait acceptée par des personnes qui ont les moyens de ne rien faire, et de s'en foutre royalement de la Terre. Je l'ai signalé dans une de mes réponses dans les commentaires, mais je proposais de lire A Rebours de Huysmans. Dans ce roman où il ne se passe que peu de péripéties, le personnage de Des Esseintes, un noble issu d'une grande famille, est profondément nihiliste et misanthrope. Cependant, cette position qu'il entretient est possible car il est noble, justement, et fait partie d'une caste d'élite. Il peut se permettre de vivre en haut de sa colline dans un manoir luxueux sans se préoccuper de ses fonctions vitales, puisqu'il a tout l'argent qu'il veut pour satisfaire ses moindre désirs, parfois farfelus.
Il est tellement dégoûté du genre humain de son époque (fin XIXème siècle), qu'il souhaite rétablir le passé, selon une esthétique décadente (qui signifie "retour en arrière"). Seulement, son entreprise de vie hors du monde est un échec, car il tombera gravement malade et les docteurs s'introduiront chez lui, le ramenant ainsi dans le monde.
Ce que signale aussi ce roman c'est que, comme j'ai pu le dire dans un ancien billet de réaction, Internet permet à chacun d'appartenir à une élite. Là où, avant, il n'y avait qu'une seule culture dominante, aujourd'hui chacun peut se constituer sa culture, et appartenir à plusieurs cercles communautaires puissamment formés. Nous n'avons plus une élite, mais des élites, lesquelles s'opposent et se confrontent. C'est ainsi qu'on se retrouve avec des chapelets de réactions autour d'une seule production, et chaque chapelet contient un nombre plus ou moins important de défense d'opinions. Dans ce cas-ci, le chapelet des opinions nihilistes est très fourni. Parce que de plus en plus de personnes ont un confort à la Des Esseintes. Comme a pu le dire Usul, le jeu est avant tout un passe-temps de nobles, car seuls eux avaient le temps pour se consacrer à des activités ludiques. Le peuple, lui, devait fournir l'effort de production à leur place, et n'avait pas l'occasion de jouer. Aujourd'hui, tout le monde peut jouer, parce que chacun de nous a pu devenir un petit peu noble.
Certains sont ainsi devenus un petit peu Des Esseintes.

Mathieu Sommet, ici, ne traite que d'éléments démographiques, sans prendre en compte la géopolitique, la psychologie et l'écologie. Il signale un seul problème issu de tout un ensemble de problématiques, et se contente de diffuser un seul message à partir de ça.

Il réduit un message, la concatène à tel point que c'est du hachis pré-découpé, qu'il n'y a plus qu'à ingurgiter. Quelqu'un dans les commentaires, et que j'ai ajouté plus bas, a parlé d'idiocratie : on est en plein dedans, car certains se contentent de gober sans prendre le moindre recul, et sans se dire : "Hey, mais il doit y avoir autre chose, je dois me renseigner !"


Source
 
Je terminerai par une pensée qui, je pense, ne sera pas acceptée par tous : il est bien plus facile d'être misanthrope quand on est derrière un ordinateur, et que l'on peut se passer d'interactions sociales. Est-ce que l'ère d'Internet, qui situe l'échange culturel autour de cet outil, va renforcer la misanthropie ?

Quoi qu'il en soit, je reste ferme sur cette idée : si tu penses que l'humanité va mal, si tu penses que tout est corrompu, il ne tient qu'à toi de montrer l'exemple que l'homme peut ne pas être dans la corruption. Car si tous les nihilistes avec qui j'ai pu discuter faisaient front, le monde serait un plus bel endroit, déjà. Il serait lavé d'une part d'hypocrisie : "Le monde va mal, mais je ne ferai rien pour arranger les choses, car le futur est déjà plié."
On n'est peut-être pas dans un système parfait, mais on y travaille, parce qu'on cherche à arranger les choses.


Bonus : réaction que je trouve bien venue.
Lorky, le problème qu'il pointe dans sa vidéo n'est pas la surpopulation mais les habitudes de consommation. Pire, il crache sur les tentatives d'améliorer nos habitudes de consommation, car c'est bien ça le développement et la consommation durable. Et celle-ci ne se base généralement pas sur l'économie d'exploitation mondiale, elle vise à retrouver une certaine autarcie.

Deuxièmement, le problème de la surpopulation est un faux problème qui diffère d'une zone à l'autre. Pour preuve, il suffit de comparer les statistiques relatives au flux migratoire européen et les statistiques démographiques. Sans migrations, notre croissance démographique est NEGATIVE. L'Europe est techniquement en dépopulation. Avec le flux migratoire ajouté, nous possédons la croissance démographique LA PLUS FAIBLE au monde.

Faut-il pour autant limiter l'explosion démographique dans les autres continents ? Non, nous n'en avons aucun droit. Et surtout, la démographie s'est toujours régulée d'elle-même. Nous atteindrons forcément un point de "non-retour" qui provoquera une très forte réduction de la population par les divers moyens que l'Histoire nous a présenté. Et malheureusement, ce sont toujours les zones les plus pauvres et denses qui morflent.

Vous voulez une solution ? Voyez les chiffres et faites le rapprochement avec l'insertion de la contraception. En 20 ans, on peut nullifier la croissance, en 40 ans, elle peut tendre à décroître naturellement.
Même aux US, l'accès aux moyens de contraception n'est pas aussi bon qu'ici. Or, c'est un BESOIN humanitaire. Pas besoin d'eugénisme. Si les gens y ont accès, ils prendront la décision d'eux-même.

Un potentiel "Idiocracy" du coup ? Ce que le film n'explique pas, c'est que si les générations élitistes baissent démographiquement, il y'aura des places à pourvoir et le milieu pauvre et isolé quittera sa décrépitude. L'apauvrissement cérébral n'aura donc pas le temps d'exister, par contre les stupidités élitistes et le dénigrement peuvent être largement renforcés par ces idées simplistes d'idiocratie. Les seules idiocraties sont celles qui ont tellement réduit leurs investissements dans l'éducation et l'accès à celle-ci que la masse abrutie dépasse la masse éduquée. Et là, il suffit de se renseigner sur les US pour voir que c'est une situation qui tend au drame.


"Les stupidités élitistes et le dénigrement peuvent être largement renforcés par ces idées simplistes d'idiocratie. Les seules idiocraties sont celles qui ont tellement réduit leurs investissements dans l'éducation et l'accès à celle-ci que la masse abrutie dépasse la masse éduquée." voilà les conséquences de la démagogie et de l'absence de prise de recul.

samedi 5 mars 2016

Tonton Death Metal et la société : Le phénomène "Saviez-vous que ?"

Certains aiment mettre de l'huile sur le feu.
 
Bonjour à tous !

Vous le savez très bien, on le dit souvent, on l'entend autour de nous, c'est même ce que je partage comme avis : Internet est un outil formidable qui permet un tas de choses. Jamais avons-nous été aussi proches de toute une richesse culturelle. Nous pouvons nous informer, lire, écouter de la musique, se documenter, le tout en échangeant facilement avec des personnes éloignées...
Mais, vous l'avez vu, Internet reste un outil, comme une scie sauteuse en est un. Et si certains perdent leur main en utilisant n'importe comment leur scie, autant vous dire que, pour le web, les dégâts sont nombreux.

Une des nombreuses plaies que l'on peut retrouver, c'est la diffusion d'une démagogie de bas-étage. Celle qui veut faire passer des vessies pour des lanternes ou bien engranger le plus de buzz. Internet est visible par tous, il faut donc que le plus grand nombre voie ce que je produis.
C'est ainsi que nous arrivons à parler du dernier virus actuel : les "Saviez-vous que ?".

Quand une image ne vaut pas mille mots...

Véritable phénomène des réseaux sociaux, les "Saviez-vous que ?" sont des publications qui ont pour but d'enseigner quelque chose aux internautes désœuvrés en quête de quelque chose. Anecdotes scientifiques ou historiques, trivias (ou faits étranges) sur des thèmes divers, tout est fait pour accrocher celui qui s'ennuie. Ça se présente en une image, sur laquelle apparaît un texte court dont chaque mot doit interpeller : "Comment ? Mais c'est absolument fou, je dois partager ça !" est la réaction de base qui doit être suscitée par la lecture de ce message.
Vous allez me dire que si, finalement, c'est le texte le plus important, pourquoi y a-t-il une image ? Celle-ci est très importante : elle ne doit pas illustrer directement le texte, mais diriger vers un sens de lecture précis.

Car, oui, on dit souvent qu'une image vaut mieux qu'un long discours. Mais pas vraiment : illustrer, s'il n'y a aucun accompagnement, ça ne va pas. Le but est d'attraper l'internaute. Il voit une image d'une personne triste, la barbe. Il voit une image d'une personne triste avec marquée dessus : "Saviez-vous que si on peut soigner les blessures physiques, celles de l'âme mettent plus de temps à cicatriser ?", alors vous pouvez être sûrs que, dans la foulée, toutes les adolescentes un peu malheureuses vont diffuser ça en masse, accompagné d'un succulent : "Ah ouais trop vrai, tmtc ma besta ! Aime si tu ressens ça à chaque fois <3"
En fait, il faudrait ici reprendre la formule de Dream Theater sur "Metropolis part 1 : The Miracle and the Sleeper".

Somewhere, like a scene from a memory (Quelque part, tel un décor de souvenirs)
There is a picture wrote by a thousand words (Il y a une image peinte avec un millier de mots)

Oui, nous avons ici non pas une image au lieu d'un discours, mais une image faite pas des milliers de mots. Ces textes n'ont pas pour but de faire un beau discours, mais simplement de faire réagir. Pourquoi ? Voyons simplement quel est le contenu partagé par ces "Saviez-vous que ?".

Tu t'attendais à du gros contenu ?

Pas besoin de s'éterniser sur ce point-là. Le contenu est toujours le même : le texte, réduit au format d'un tweet de 140 signes, doit partager un message accrocheur. Cela peut-être sous l'angle scientifique, tel que prévu à l'origine.


Très bien, mais encore ? Je veux dire, on ne se base que sur l'expérience personnelle, ou autrement dit l'empirisme, mais à quoi ça sert de savoir ça ? Je ne suis pas à la course d'optimiser son temps en des choses strictement utiles, mais là niveau inutilité...



"D'après la psychologie" ? Quel psychologue, quel courant de pensées ? Et puis, pareil, ça se base sur des lieux communs : un meilleur ami qui vous dit "non franchement ça craint ce que tu fais" tu vas forcément te demander pourquoi il te dit ça. Tandis que si un inconnu vient et te dit que ce que tu fais est nul, tu prends du recul, c'est évident.



D'où sors-tu cette statistique ? A ce train-là, je peux en faire moi aussi !


Une image au pif en cherchant "sad people", et roule ma poule !

Mais vous comprenez rapidement le contenu qui est diffusé quand vous creusez un minimum.



En réalité, le "saviez-vous que ?" est une télé-réalité digne de NRJ 12 : c'est à destination des jeunes, plus particulièrement un public féminin. Car Internet pullule de messages de ce type, afin, sans doute, de faire réagir ces personnes derrière, à la manière de : "Ah mais ouais alors il doit trop m'aimer !"
On se croirait devant des spots publicitaires : "Est-ce qu'avec ton copain, c'est pour la vie ? Tape "4ever" au 72 600, nos conseillers te diront si oui ou non, lui et toi c'est pour toujours !"
 
Ces fameux conseillers... Les mêmes que ces "scientifiques" de "saviez-vous que ?"

Mais le contenu s'est diversifié, et on retrouve sur "Saviez-vous que ?" dans plusieurs domaines : sexe, jeu vidéo, sport, sciences etc. 


Et elles préfèrent des hommes baraqués, aussi, vu l'image..


Ceci était un message du lobby des préservatifs.


Bon, c'est bien de vouloir montrer que jouer, c'est bien. Mais ceux qui jouent à des jeux de stratégie, à des RPG, ou à ... Ah, mais non, vu l'image, c'est sans doute fait par des fans de Call of Duty ou Battlefield pour montrer que leur jeu, c'est pas de la merde.


Wouah, mais 92 minutes, c'est le temps d'une seule séance, et je fais trois séances par semaines : j'ai prolongé ma vie de 9 ans !
Et pourquoi 92 ?


Un conseil : si Internet vous dit de vous mettre dans une position pour n'importe quoi, ne le faîtes pas. Demandez conseil à votre médecin, on le sait tous : Doctissimo m'a tuer.


 Le sport aide à accélérer le temps ? Oublions la DeLorean alors !
Crétin, c'est juste que la musique permet de se focaliser, rien d'extraordinaire avec ça.


Il y a même des parodies avec "Le Saviez-tu ?"



Quand le divertissement vide veut devenir revendicateur

Ce n'est pas un secret, et sans doute vous n'aviez pas à voir cet article pour le savoir : ces images n'ont pas pour but d'enseigner quoi que ce soit. On est dans du divertissement digne des programmes qui passent l'après-midi sur des chaînes grand public. Il n'y a, à aucun moment, un objectif réel, si ce n'est celui de faire le buzz. Il faut que ça fasse réagir, sans aller plus loin.

Seulement, que se passe-t-il lorsque le message contenu veut vouloir défendre une cause ?
Essayez d'imaginer si l'émission de base de NRJ 12, MCM, W9 ou le Secret Story de base souhaite, par son programme, dénoncer le système capitalise ? Ce serait subversif, oui, car ces émissions dépendent de ce système. Mais ce serait surtout extrêmement maladroit, puisque le but n'est pas d'être dans l'intelligence et le fait de réveiller les consciences, mais bien d'endormir, d'occuper en mettant le spectateur dans une stase, une paralysie bienheureuse. 
Alors qu'en est-il quand ces images défendent... Disons... Les inégalités homme-femme ? 


Alors, là, on est dans une maladresse sans nom...
Pour tout vous dire, cette image m'a été transmise par ma sœur, qui gère le blog Minoah. Elle m'a demandé ce que j'en pensais, car cette image a beaucoup fait réagir la communauté qui la suit. 
Sincèrement, j'estime qu'on atteint là les limites à ne pas franchir.
Quand on est dans un format Tweet, la revendication peut se faire si elle est intelligente. Ici, elle prend hélas la forme standard des "Saviez-vous que" : image mièvre, texte général qui n'informe rien, qui ne contient aucune source. C'est comme la vieille Micheline du bureau qui viendrait, mal réveillée, et dirait :
 "Ah mais de toute façon, tout fout le camp hein ! Si on faisait plus de billets dans les banques, on n'aurait plus de pauvres. Ah mais oui je pourrais leur envoyer de l'argent, mais on sait pas où ça part hein. Alors envoyer ou pas, ça change rien. Et puis, de toute façon, on sait toutes que ce sont des hommes qui s'occupent de ça et les hommes, c'est des cons. Ils ne font rien. Ah mais moi j'vois à la maison : il fait rien mon Jean-Pierre !"

Que contient donc cette image de si nuisible ?
Outre son inutilité évidente (pourquoi entretenir une guerre des sexes à savoir "qui c'est qui qui fait le plus" ?), nous nous trouvons ici dans les bas-fonds des objectifs qu'on peut avoir : la quête du buzz est évident. Face à ça, il y aura des réactions de toutes parts :
- les hommes vont dire, pour réagir à une certaine tendance au féminisme : "Ouais, on parle toujours des mères, mais nous, hein, les hommes, on s'occupe de tout un tas de choses ! Sans nous, elles seraient bien dans la merde !"
- les femmes, quant à elles, iront de leur petit témoignage. "Ah mais non moi j'ai trop de chance avec mon minou, il fait plein de choses je suis comblée et ça se passe trop bien" ou "Mais c'est quoi ce message ?! Les hommes qui se tuent au travail, et nous, alors ? On ne bosse pas, c'est ça ?"

Ce message est extrêmement maladroit : il situe l'homme comme victime et la femme en tant que sangsue égocentrique, qui veut attirer sur elle toute l'attention du monde. On est dans une forme de revendication inversée. Durant les années 80-90 et après, il a fallu montrer que la mère était une femme active. On a eu plusieurs modèles à la télé ou au cinéma de femmes fortes et indépendantes (je pense au personnage de Kill Bill, hyper balèze). Les émissions de télé-réalité ou de jeux télé ont aussi présenté des femmes qui travaillent. 
Aujourd'hui, il semblerait qu'on fasse la même chose, mais pour les hommes. Au lieu des femmes, ce sont eux qui font tout en silence : travail, éducation, ménage, cuisine etc. Comme si la femme ne foutait rien !
Au-delà de tout, cette image me semble réductrice et ridicule. Car, en plus de relance une animosité sans raison, elle met également une pression sur les hommes. S'ils ne suivent pas ce modèle de l'homme entièrement dévoué qui fait absolument tout, autrement dit si l'ensemble du foyer ne dépend pas de lui, alors ils ne sont pas de vrais hommes.
Elle est aussi sexiste car elle écrase la femme et la place bourreau ; démago' puisqu'elle ne fait que surfer sur une tendance à vouloir signifier que l'homme doit suivre un modèle. Inutile et basée sur rien, cette image, comme toutes les "Saviez-vous que", doit suivre la même direction : la poubelle.
C'est un divertissement kleenex, ni plus ni moins. Il n'y a aucun mal à cela : zapper et tomber sur une émission débile, ça fait du bien. Couper les circuits et laisser tout en veille, ça permet de bien décompresser. Mais vouloir écrire un pamphlet sur un timbre-poste, c'est tout simplement une erreur monumentale, ça nécessite un réel esprit d'analyse, une volonté de faire bouger les choses.
Sauf que, dans ce cas précis, ces images ne sont pas faites sous cet objectif. Si tu veux divertir, si tu veux du buzz, reste sur du contenu simple et non-revendicatif.
Si tu veux faire passer un message et interroger les personnes, alors fais preuve de créativité, et bosse ton sujet.

Et, enfin, en tant que spectateurs, comme toujours : prenez du recul. "Internet, c'est avoir toute la sagesse et toute la bassesse du monde au bout des doigts", comme l'a dit Usul.

Pour clore cet article, je vous invite chaudement à regarder cette chronique vidéo qui traite du phénomène "Saviez-vous que" d'une très bonne façon ! J'en profite pour souhaiter une excellente semaine, et vous annoncer que Berserker est disponible gratuitement jusqu'au 8 mars 2016 sur Kindle : profitez-en !